Étiquettes : , ,
13 min read 

Le référendum italien fut révélateur par sa « distribution ». Le premier ministre Matteo Renzi a tout mis en jeu, alors qu’il faisait face à un comédien italien célèbre essayant le chapeau politique sur le tard.

Renzi a plaidé pour obtenir main libre en vue des réformes politiques et administratives, tandis que Beppe Grillo a promis aux citoyens la collecte des déchets à temps, des réseaux d’aqueduc gratuits (certains sont privatisés en Italie), des solutions aux problèmes environnementaux, la résistance aux migrants et le retour à la monnaie locale, la lire. Les Italiens ont fait leur choix en refusant au premier ministre les réformes constitutionnelles et en décidant de tout laisser « tel quel ». Matteo Renzi a tenu sa promesse et a démissionné.

l’ex-Premier ministre italien Matteo Renzi
l’ex-Premier ministre italien Matteo Renzi

La vie est un combat

En fait, le référendum devait tracer une ligne de choc entre le Parti démocrate d’Italie et les mouvements politiques populistes, y compris la Ligue du Nord, le Mouvement cinq étoiles et le Mouvement de la gauche, de l’écologie et de la liberté, qui sont tous en train de gagner du terrain politique sur l’onde du populisme politique trouvant écho parmi les électeurs.

Le premier ministre a demandé au peuple de donner du pouvoir au pouvoir exécutif et de limiter le rôle du Parlement pour faire avancer les réformes sociales, abaisser l’âge de la retraite et augmenter les prestations ouvrant droit à pension. Mais ces propositions n’ont pas satisfait la population italienne, qui a voté à 60 % contre les réformes, et l’avis de démission de Matteo Renzi s’est retrouvé sur le bureau du président. Le chef du pays a conclu qu’une démission immédiate était impossible et le premier ministre sera retenu jusqu’à l’adoption du nouveau budget.

À ce moment-là, Sergio Mattarelle doit décider de la dissolution et des réélections au Parlement ou du sort d’un gouvernement décapité.

L’Italie est-elle un problème ?

La démission du leader du gouvernement italien avait été annoncée à l’avance et anticipée par les acteurs boursiers. Tous les calculs reflètent une correction subtile du secteur bancaire sur les principaux marchés boursiers. Un certain nombre de banques sont associées au Parti démocrate d’Italie, et huit d’entre elles souffrent de problèmes. La banque la plus ancienne d’Italie et du monde est aujourd’hui au bord de la catastrophe financière. Ces risques étaient également connus à l’avance. Monte Paschi, fondée en Italie il y a un demi-millénaire, n’a pas pu pas supporter le test de résistance de la BCE.

L’entrée de Monte Paschi di Siena
L’entrée de Monte Paschi di Siena

L’écrasement du secteur bancaire italien placera un lourd fardeau sur les électeurs italiens. Tout d’abord, leurs dépôts doivent être gelés et bloqués, et d’autres investisseurs institutionnels et créanciers doivent faire face à une restructuration de la dette, probablement à la Grecque, prolongée jusqu’à l’été et amortie. L’État et la BCE, dans ce cas, attendent des défis indirects. Depuis le 1er janvier 2016, les banques nationales ne peuvent être épargnées au détriment des subventions gouvernementales ou des décisions administratives, de sorte que la réponse du marché se fera à court terme. Un mythe populaire, à l’effet que le Mouvement cinq étoiles, conduit par le clown Grillo, serait en mesure d’initier un référendum Italexit, est peut-être populaire parmi ses partisans, mais une telle décision ne peut être prise par la Cour constitutionnelle.

EUR, USD, GBP

La paire de devises EUR/USD a « avalé » le référendum comme une pilule et s’est précipitée vers un rebond depuis longtemps attendu, renforcée par une série de discussions sur le Brexit et la pression réduite sur le dollar des États-Unis. Le rallye de Noël sera « donné en cadeau » à deux paires de devises, la livre et EUR/USD.

L’euro monte par rapport au dollar dès le troisième jour après le référendum
L’euro monte par rapport au dollar dès le troisième jour après le référendum

Les statistiques macroéconomiques du Royaume-Uni ont assuré les commerçants que « tout va bien » et des consultations préliminaires ont montré qu’il existe des possibilités pour les entreprises européennes et britanniques de rester dans la zone euro jusqu’en 2021.

Les premiers résultats ont conduit à la chute de l’euro, mais à la fin, ce dernier a réussi non seulement à se redresser, mais même à se mettre en place pour une tendance à la hausse
Les premiers résultats ont conduit à la chute de l’euro, mais à la fin, ce dernier a réussi non seulement à se redresser, mais même à se mettre en place pour une tendance à la hausse

L’euro a été renforcé en envoyant le ministre anglais pour le Brexit à Bruxelles pour une série de consultations visant à développer une stratégie commune avec les autorités de l’UE. Le référendum passé n’a fait que supprimer l’incertitude. L’Italie est laissée à la traîne alors que les négociateurs de fin d’année attendent la réunion du FRS, qui est presque 100 % susceptible d’aboutir à une décision d’augmenter le taux d’intérêt et le vote du Collège électoral américain, qui a attiré l’attention par des scandales et le refus de deux électeurs de voter pour Trump.

Les marchés boursiers sont en attente pour le trillion de Trump, les taux d’intérêt sont à plat dans les pays développés, et les facilités de crédit sont bon marché. Le tableau de baisse irrésistible de l’or et de l’indice américain S&P 500, ramené à son maximum historique, nous dit que les problèmes économiques de chaque pays ne seront pas ressentis par les investisseurs très bientôt. À long terme, les choses pourraient changer, et personne ne peut prédire les résultats des élections en attente dans un certain nombre de pays de la zone euro. L’Union européenne peut alors prendre l’initiative de se débarrasser de l’Italie et d’un certain nombre de pays de la problématique « zone PIGS » qui ne répondent pas ou n’exécutent pas ses exigences et ses normes pour les indicateurs économiques.

Dans le premier trimestre de la nouvelle année, la paire EUR/USD pourrait survivre si toutes les questions de négociation de Brexit sont réglées d’ici mars 2017, lorsque Theresa Mae, au nom du Royaume-Uni, lancera officiellement la procédure de sortie de la zone euro.

Beaucoup de choses dépendent maintenant de Donald Trump et si ses promesses électorales seront mises en pratique au début du printemps. Si le Congrès des États-Unis soutient toutes les initiatives du nouveau président, alors la valeur du dollar correspondra à l’euro au printemps prochain, et alors la livre britannique va enfin restaurer la confiance des investisseurs.

Investissez en EUR, USD et GBP sur IQ Option

 

Avertissement
Tous les rapports, nouvelles, opinions et autres informations pouvant être fournies par la Société au client visent à faciliter le client dans ses propres décisions d’investissement et ne constituent pas des conseils d’investissement personnels. Dans le cas où la société est réputée, pour quelque raison que ce soit, fournir une recommandation et/ou un conseil, le client accepte par la présente que toute transaction affectée, soit en adoptant ou en ignorant toute recommandation et/ou avis, sera réputée avoir été effectuée par le client exclusivement sur la base de son propre jugement et la société n’aura aucune responsabilité.

Materials based on market research. Read Terms & Conditions 2.6