22 min read 

En 2021, le monde était occupé à comprendre la nouvelle réalité et à chercher la nouvelle « normale ». Les gouvernements, les entreprises, les institutions sociales et chacun d’entre nous ont cherché les moyens de sortir des difficultés induites par le Covid. Alors, comment ça s’est passé ? Nous en sommes au bilan de fin d’année : quels sont les événements économiques qui ont eu le plus d’impact, comment ces événements se sont répercutés sur les meilleures actions de 2021, et ce qu’il faut attendre de 2022. 

La grande réinitialisation

« Le capitalisme tel que nous le connaissons est mort », ont déclaré les responsables du Forum économique mondial à propos de « La grande réinitialisation » (The Great Reset) lors du sommet annuel de Davos en juin 2020. À l’époque, une initiative controversée avait été lancée : utiliser l’expérience dramatique de la pandémie comme une chance pour un changement total des principes de l’économie mondiale. L’idée principale était de transformer la gouvernance mondiale en « capitalisme des parties prenantes », un modèle dans lequel les gouvernements ne sont plus les principaux décideurs et où les entreprises sont promues au rang de parties prenantes officielles de l’agenda mondial.

Bien qu’il ne s’agisse que d’une suggestion sans feuille de route précise, de nombreuses industries ont commencé à repenser leurs schémas de travail selon le modèle de la grande réinitialisation en 2021.

Qui sont ces parties prenantes non gouvernementales ? 

  • Big Oil (Saudi Aramco, Shell, Chevron, BP)
  • Les producteurs alimentaires (Unilever, Coca-Cola, Nestlé)
  • Big Tech (Meta, Google, Amazon, Microsoft, Apple)
  • Big Pharma (AstraZeneca, Pfizer, Moderna)

Il est clair que ces entreprises vont acquérir de plus en plus d’autorité et de pouvoir dans les années à venir. Certains l’appellent déjà la « quatrième révolution industrielle ». Il est donc possible qu’en 2021, nous ayons assisté au plus grand redémarrage de la gouvernance mondiale depuis la création des Nations unies pendant la Seconde Guerre mondiale. Bien sûr, il est difficile de dire comment cette initiative va tourner pour la communauté mondiale, mais les investisseurs boursiers sont sûrs d’avoir une période intéressante à venir. 

Vaccination mondiale et nouveaux confinements

Le lancement du vaccin Covid a été sans conteste l’événement le plus attendu du marché en 2021. Des dizaines de sociétés pharmaceutiques sont entrées dans la course, présentant leurs versions du médicament pour stopper la pandémie. La marche mondiale vers la vaccination de masse a créé un énorme marché pour les vaccins et les médicaments COVID-19, alimenté par les gouvernements, les organisations à but non lucratif et l’argent des investisseurs : plus de 26 milliards de dollars au total.

En conséquence, l’OMS a reconnu les vaccins de Pfizer / BioNTech, Moderna, AstraZeneca, Johnson & Johnson, Sinopharm et Sinovac. À la fin de l’année 2021, près de 9 milliards de vaccins avaient été administrés, ce qui a permis aux fabricants de premier plan de réaliser un bénéfice énorme de 1 000 dollars par seconde. Les actions pharmaceutiques ont donc figuré parmi les meilleures actions de 2021.

Les meilleures actions de vaccins Covid-19 en 2021*.

BioNTech SE ADR BNTX

+223,99 %Variation 1 an
Pfizer, Inc. PFE

+31,75 %Variation 1 an
AstraZeneca PLC ADR AZN

+7,54 % Variation 1 an
Tradez maintenant

En raison du taux de vaccination élevé et de la diminution du nombre de cas, les industries sensibles au Covid ont commencé à se redresser lentement. Ainsi, la croissance totale des actions du secteur de l’énergie sur la plateforme IQ Option s’est élevée à 3,68 %, celle du secteur industriel (qui comprend les biens d’équipement, les services et fournitures commerciaux et les services de transport), à près de 10 %.

Cependant, l’émergence des variants Delta et Omicron a terni les prévisions de reprise encourageantes, montrant à tous à quel point notre état de progrès actuel peut être fragile.

Le chaos de la chaîne d’approvisionnement

La crise de la chaîne d’approvisionnement s’est imposée comme l’un des plus grands défis de 2021. Les retards de livraison ont entravé la production mondiale, provoquant une augmentation des coûts et des prix. Fatigués des blocages, les gens étaient impatients de dépenser à nouveau de l’argent, mais ils ont constaté que les marchandises étaient soit indisponibles, soit beaucoup plus chères. Cette situation a été causée par un certain nombre de raisons :

  • Les fermetures induites par le Covid ;
  • Le manque de main d’oeuvre ;
  • Le manque de composants ;
  • Le manque de matières premières ;
  • La pénurie d’énergie en Chine ;
  • La pénurie de chauffeurs routiers aux Etats-Unis, en Allemagne et au Royaume-Uni ;
  • Des détaillants paniqués qui achètent massivement des marchandises à l’avance ;
  • les retards dans les ports, etc.

Des goulets d’étranglement ont été constatés à chaque maillon de la chaîne d’approvisionnement et ont touché presque tous les secteurs, principalement l’électronique et l’automobile (exacerbés par la pénurie de semi-conducteurs), l’alimentation, les médicaments et les produits ménagers.

La pandémie a mis en évidence la forte interdépendance de tous les maillons de la chaîne d’approvisionnement et de production. Les analystes s’attendent à ce que la crise de l’approvisionnement se prolonge jusqu’en 2022 et au-delà, et le temps de récupération est propre à chaque secteur, car les différentes industries dépendent de la chaîne d’approvisionnement mondiale de différentes manières.

La crise énergétique

2021 a revitalisé le secteur de l’énergie, mais d’une manière particulière : grâce à la crise énergétique. Alors que le monde avait commencé à abandonner massivement les combustibles fossiles au profit des sources d’énergie renouvelables, il a de nouveau soif de pétrole et de gaz. Des taux d’intérêt artificiellement bas, des perturbations de la chaîne d’approvisionnement causées par le Covid, une diminution de l’approvisionnement en gaz de la Russie vers l’Europe, et tout simplement un hiver froid – tout cela a créé une demande sans précédent pour le carburant traditionnel. En conséquence, le pétrole brut a augmenté de 52 % pour atteindre 71 dollars le baril cette année.

D’autres raisons de la crise sont la tendance à l’ESG (Environnemental, Social et Gouvernance d’entreprise) et au désinvestissement carbone, qui a entraîné la diabolisation des combustibles fossiles. Pour cette raison, les investisseurs institutionnels et les gouvernements retirent les combustibles classiques de leurs portefeuilles et redirigent les capitaux vers des alternatives à faible émission de carbone, mieux acceptées par la société. La crise semble devoir se poursuivre jusqu’à la fin de l’année 2022. Même si Greta Thunberg les déteste, le pétrole et le gaz resteront vraisemblablement très en demande dans les années à venir ; cependant, le marché est souvent volatil et imprévisible, ce qui fait que les investissements dans ces produits comportent toujours un risque.

Principales valeurs énergétiques 2021


ConocoPhillips (COP)

+92,2 %Variation 1 an
Devon Energy Corp. (FSLR)

+165,83 %Variation 1 an
EQT Corp (EQT)

+43,21 %
Variation 1 an
Tradez maintenant

Le boom des actions mèmes

Habituellement, le cours des actions dépend de facteurs objectifs : indicateurs financiers, agenda politique, etc. Mais l’année 2021 a donné naissance à un nouveau phénomène appelé « actions mèmes ». Elles changent radicalement de valeur en fonction de l’action de la communauté des investisseurs particuliers. Les exemples les plus mémorables sont AMC, Nokia et GameStop, dont le cours des actions a été poussé à la hausse par la communauté des traders.

Tout a commencé sur le forum WallStreetBets, destiné aux investisseurs amateurs sur Reddit. Ses utilisateurs communiquaient entre eux à l’aide de mèmes et échangeaient des actions d’entreprises peu connues, en espérant leur croissance. Les investisseurs sérieux ne prenaient cependant pas la communauté au sérieux, car leurs prédictions se révélaient souvent fausses.

En 2021, de nombreuses personnes sont restées à la maison, assises sur un tas d’argent supplémentaire et disposant de plus de temps pour participer aux marchés. En 2021, la communauté WallStreetBets avait atteint 8 millions de membres. Ce n’était plus drôle : leurs actions ont commencé à influencer le marché boursier pour de vrai. Après l’incident de l’action GameStop, qui, à son apogée, est passée de quelques dollars à 400 dollars par action, même de célèbres analystes ont commencé à surveiller le forum « infantile » de Reddit.

Quelles sont les caractéristiques des actions mèmes ?

  • Une croissance rapide : les actions peuvent être multipliées par plusieurs fois.
  • Croissance sans raison apparente. Souvent, ces actions connaissent un pic uniquement en raison d’une impulsion spéculative massive. L’entreprise elle-même peut être en crise profonde.
  • Une forte volatilité : la dynamique d’un actif dépend du sentiment et non de l’évaluation fondamentale de la valeur de l’entreprise, de la qualité de la gestion financière et de l’évaluation des risques.

Si les actions mèmes présentent peu d’intérêt pour les traders sérieux, la manie des mèmes de 2021 témoigne de la montée en puissance de l’investisseur de détail, qui représente environ 23 % de toutes les transactions boursières américaines cette année, soit le double de 2019.

La pénurie de semi-conducteurs

Les prix des voitures et des produits électroniques ont grimpé en flèche cette année. La raison en est le manque de semi-conducteurs alias puces électroniques. Les puces sont essentielles pour tout produit contenant de l’électronique, l’offre limitée a donc eu un impact énorme sur les fabricants.

La pénurie de semi-conducteurs a été causée par les nouvelles restrictions de Covid dans les principaux centres de production de puces : la Malaisie et d’autres pays d’Asie du Sud-Est. Pour répondre à la demande croissante de semi-conducteurs, il est nécessaire de construire de grandes installations de production, ce qui coûtera des milliards de dollars et prendra des années.

Plusieurs fabricants de puces accélèrent déjà le rythme : par exemple, Intel, Samsung et Nvidia ont annoncé la construction de nouvelles usines. En conséquence, l’intérêt des investisseurs pour les sociétés de semi-conducteurs s’est accru, en particulier celles qui possèdent des usines en Asie du Sud, où les coûts de production sont moins élevés. La crise devrait s’étirer jusqu’à la fin de 2022, mais dans l’ensemble, le secteur est aujourd’hui en plein essor.

Meilleures actions de semi-conducteurs 2021

NVIDIA NVDA

+106,96 %Variation 1 an
Advanced Micro Devices, Inc. AMD

+46,11 %Variation 1 an
Intel TM

+7,66 %Variation 1 an
Tradez maintenant

La nouvelle ascension du Bitcoin

Au cours de l’année écoulée, le prix du bitcoin a doublé, confirmant son titre de père de la cryptomonnaie. Un pivot important s’est produit en octobre, avec l’adoption de FNB sur les contrats à terme BTC. Techniquement, la pièce est passée de l’ombre à la légalité. Les responsables de la Citi Bank pensent que le bitcoin est maintenant « au point de basculement de l’acceptation par le grand public » et pourrait un jour « devenir la monnaie de choix pour le commerce international. » De grandes entreprises comme Tesla et PayPal, qui acceptent les paiements en BTC, viennent étayer cette affirmation. La reconnaissance du BTC comme monnaie légale au Salvador, et le fait que les banques centrales envisagent d’émettre leurs propres monnaies numériques contribuent également à l’affaire. Ainsi, nous pourrions continuer à voir l’adoption croissante des crypto-monnaies parmi les investisseurs, les institutions, et même les gouvernements l’année prochaine.

Passage au Metaverse

En octobre 2021, Facebook a changé son nom en Meta, et ce n’était pas seulement un stratagème marketing. L’entreprise veut désormais être associée exclusivement à son nouveau produit, le Metaverse, où les utilisateurs pourront communiquer en réalité virtuelle.

Les développeurs de Meta promettent d’offrir un « nouvel internet » où les gens pourront voyager dans des mondes numériques : des jeux aux bureaux virtuels et aux centres commerciaux. Des géants de la technologie comme Microsoft et Nvidia cherchent également à s’approprier le Verse, qui pourrait être l’avenir du travail, du divertissement et du commerce. Mark Zuckerberg espère que son métavers comptera 1 milliard de personnes d’ici 2030.

Si le développement du projet n’en est qu’à ses débuts, tout le monde comprend que Meta est l’un des projets les plus médiatisés et les plus ambitieux de ces dernières décennies et un grand pivot dans l’histoire d’Internet.

Qu’est-ce qui nous attend en 2022 ?

Intense et riche en événements économiques, 2021 a stimulé les dépenses et redressé les industries endommagées. 2022 pourrait être une année de refroidissement et d’accélération de la reprise économique mondiale. 

Le monde continuera sûrement à se battre contre le COVID-19, mais les perspectives générales semblent optimistes. Le State Street Global Advisors pense que l’économie continuera à se redresser et à assurer une croissance mondiale décente. Les marchés vont lentement retrouver leur niveau d’avant la pandémie, et JP Morgan Chase pense même que 2022 sera l’année d’une reprise mondiale complète. Toutefois, une fois que les marchés auront atteint le sommet de leur élan et de leur adaptation, la reprise ultérieure sera probablement inégale et à plusieurs niveaux. L’une des raisons en est l’émergence possible de nouveaux variants de Covid, qui, comme nous l’avons vu en 2021, peuvent saper en un clin d’œil les progrès durement acquis.

Tradez maintenant